Réunion CSM24 à Sarlat mercredi 1er juin 18h30 Colombier

LDH sarlat

Le collectif solidarité migrants 24, [CSM24], se réunira ce mercredi 1er juin de 18h30 à 20h15 au colombier, salle Georges Brassens.

Proposition d’ordre du jour :

  • Contact avec élu HLM de  la Dordogne pour appartement réservé
  • Suite des contacts avec le collectif de Gourdon
  • Arrivée d’une famille russe au buisson
  • Compte rendu entretien téléphonique avec le directeur de l’Atelier de Bergerac
  • Fermeture du CAO de Gourdon
  • Point sur les jumelles étudiantes de Périgueux
  • Questions diverses
Publicités

Communiqué LDH indépendance justice et présomption innocence.

LDH sarlat mini

Respecter l’indépendance de la justice et la présomption d’innocence

 Les poursuites intentées contre quatre personnes en raison de l’incendie d’une voiture de police sont inquiétantes. Si le fait lui-même est parfaitement répréhensible, tout le monde s’accorde à considérer qu’il n’existe aucune preuve matérielle qui montre l’une des personnes poursuivies en train de commettre cette agression. Seuls des éléments de personnalité et de « renseignements » justifieraient ces mises en examen. Si, à ce jour, le juge de la liberté et de la détention a refusé la mise en détention de trois des quatre personnes poursuivies, l’appel du parquet montre la volonté de ce dernier, comme du ministre de l’Intérieur, de suivre certains syndicats de police dans leur mépris de l’indépendance de la justice et de la présomption d’innocence.

La LDH appelle à respecter pleinement ces principes.

Paris, le 30 mai 2016


Les citoyens plus accueillants que leurs gouvernements..

LDH sarlat

http://www.voxeurop.eu/fr/content/news-brief/5086775-les-citoyens-plus-accueillants-que-leurs-gouvernements


Mineurs étrangers. Communiqué de la LDH.

logo site sarlat

ldhsarlat@gmail.com

06 41 89 41 22

http://bit.ly/1Z2v5Aa


Deux versions très différentes de l’attaque d’une voiture de police.. Arrêt sur images.

Section Sarlat ldhsarlat@gmail.com

ldhsarlat@gmail.com

06 41 89 41 22

Une voiture de police incendiée? Ces images ont fait le tour du web et des JT. La scène est survenue, mercredi 18 mai, alors que des policiers manifestaient à Paris, place de la République, pour dénoncer la « haine anti-flic ». A quelques centaines de mètres, deux policiers à bord de leur véhicule de service ont été violemment assaillis par plusieurs personnes. Nous vous en parlions lors de notre dernière émission. La scène a été filmée sous plusieurs angles. Des images très différentes, qui ont pu donner lieu à des récits divergents. Ce sont ces séquences que nous avons montrées aux élèves de cinquième du collège Gérard Philipe (Paris, 18e).

Pour lire la suite des commentaires merci de vous rendre sur le site Arrêt sur Image : http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=8794


Communiqué LDH nationale sur l’Etat d’urgence

logo site sarlat

06 41 89 41 22

ldhsarlat@gmail.com

Communiqué LDH
Paris, le 16 mai 2016

L’état d’urgence au profit du maintien de l’ordre social

Le gouvernement vient d’interdire à des militants de participer à des
manifestations contre la loi travail en s’appuyant sur les dispositions de
la loi sur l’état d’urgence. Ces interdictions ne reposent que sur la
présence réelle ou supposée de telle ou telle personne à des
manifestations, sans que n’ait été retenu à leur encontre aucun fait
répréhensible autre que de protester contre les violences policières ou
contre la loi travail dont l’Assemblée nationale n’a pu débattre jusqu’au
bout en raison de l’usage de l’article 49.3 de la Constitution.

Déjà lors de la COP 21 et toujours sur les mêmes fondements, le
gouvernement avait pris des mesures d’assignation à résidence, validées
par le Conseil d’Etat, contre des militants écologistes. En interdisant de
manifestation des militants qui ne sont en rien suspectés d’être liés aux
raisons invoquées lors de la proclamation de l’état d’urgence, le
gouvernement fait, un peu plus, la démonstration que celui-ci est conçu et
utilisé à des fins
qui n’ont rien à voir avec la lutte contre le terrorisme. Sans aucun
contrôle du juge judiciaire, sans contrôle réel du juge administratif, le
gouvernement dispose ainsi, et en use, de pouvoirs exorbitants qui portent
atteinte aux libertés publiques et individuelles.

La LDH condamne totalement cette accumulation de mesures autoritaires et
tient à souligner combien les inquiétudes qu’elle avait manifestées dès la
première prorogation de l’état d’urgence s’avèrent fondées. Le
gouvernement s’apprête à proroger une troisième fois l’état d’urgence. Une
nouvelle fois, la LDH appelle les députés à mettre un terme à ce régime
d’exception indigne d’une démocratie.