L’Europe solidaire a besoin d’un vote

blogs.mediapart.fr

Malik Salemkour

Les résultats des élections du 26 mai traduiront l’Europe que nous voulons, en envoyant un message politique à tous les gouvernants en place. Les personnes élues au Parlement européen agiront dans le mandat qu’il leur sera donné. S’exprimer par son vote est lourd d’enjeux.

Comment ne pas être inquiet de l’état démocratique et social des pays européens, comme de la France. L’Europe est le continent le plus prospère, avec une richesse et une puissance économique qui ont augmenté comme jamais. En même temps, la précarité et les inégalités s’accroissent. Trop sont laissés de côté, trop de territoires se sentent abandonnés, quatre-vingt-six millions d’Européens vivent en dessous du seuil de pauvreté. Trop d’injustices perdurent. Devant leur incapacité à y répondre, la défiance envers les politiques est profonde, se traduisant par l’arrivée aux pouvoirs de forces nationalistes, populistes ou explicitement d’extrême droite.

De fait, les valeurs de l’Europe qui affirment le respect et la promotion de droits fondamentaux égaux pour toutes et tous sont aujourd’hui fragilisées ou bafouées. Ce sont par exemple les graves atteintes à l’Etat de droit et à la liberté de la presse en Hongrie ou en Autriche, aux droits des femmes, notamment l’accès à l’IVG et des personnes LGBTI comme en Pologne, aux droits et à l’égale dignité des minorités nationales comme des Roms en Europe centrale, et, plus largement, partout en Europe, avec des violences racistes et parfois institutionnelles comme en Slovaquie. Les futurs membres du Parlement européen doivent défendre ces droits et libertés essentiels et obtenir des sanctions ciblées, sauf à les laisser pouvoir être défaits demain, en France, aussi.

En 2017, toutes les instances européennes (Conseil, Commission, Parlement) ont adopté un Socle européen des droits sociaux (accès à l’éducation, l’emploi, la formation, à des salaires minima, égalité femmes/hommes, lutte contre toutes les discriminations…). Il reprend nombre d’objectifs que l’Europe s’était déjà assignés, sans y parvenir jusqu’ici. Ces déclarations de principe sont positives, mais il reste à les mettre en place par des mécanismes concrets de solidarité, en refusant un nivellement par le bas. Les droits n’existent que s’ils sont effectifs, ouverts à toutes et à tous sans discrimination, traduits en actes et en politiques volontaristes, et que des sanctions sont prévues s’ils ne sont pas respectés. Le vote du 26 mai peut aider à porter un engagement fort pour lutter contre la pauvreté, avec des garanties de ressources minimales permettant à chacune et chacun de vivre dignement partout en Europe, comme pour favoriser l’accès aux systèmes de santé pour toutes et pour tous et sur tous les territoires et notamment pour les plus précaires, et lutter plus efficacement contre les discriminations, en raison de l’origine, du sexe, de l’orientation sexuelle, du handicap…

Soigner un malade, accueillir un enfant à l’école, avoir un toit, vivre dignement dans un environnement sain sont des droits universels qui ne peuvent être soumis à condition. Ils fondent l’humanité même de chaque individu. La situation des réfugiés et migrants en Europe est insupportable, qu’on parle avec le cœur ou la raison. Ce qu’on leur fait vivre, qu’on les laisse mourir aux frontières ou dans la Méditerranée, qu’on les parque dans les pays limitrophes ou de leur arrivée, qu’on les enferme, même enfants, et expulse, est indigne, inefficace mais aussi dangereux. L’Europe forteresse est illusoire et menace sa sécurité à terme. C’est aussi réduire les droits de toutes et tous, car ce sont partout des contrôles au faciès, des violences policières, des actes xénophobes et racistes qui se multiplient, des politiques sécuritaires et une logique de surveillance et de suspicion généralisées. L’histoire et l’actualité montrent que cela commence par les étrangers, puis ce sont d’autres minorités, et, petit à petit, ce sont des droits fondamentaux mis sous conditions, des droits absolus qui deviennent relatifs, ouverts qu’à ceux qui en ont les moyens, qu’aux groupes majoritaires ou dominants.

S’abstenir le 26 mai, c’est laisser faire ceux qui prônent un égoïsme suicidaire, l’avidité, le repli nationaliste et autoritaire, la concurrence de tous contre tous. Voter, c’est pouvoir agir pour une Europe solidaire, fraternelle, plus sûre et prospère, forte de l’égalité réelle des droits et des droits sociaux effectifs qui redonnent confiance dans une démocratie qui traite chacune et chacun en égale dignité.

Malik Salemkour, président de la LDH

Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.

L’auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.