Une analyse de la stratégie [?] de Sarkozy….

http://www.marianne2.fr/Nicolas-Sarkozy-president-en-fuite_a213031.html

Publicités

Guéant toujours… Etrangers en situation régulières….

Société Aujourd’hui à 11h14

Etrangers: pourquoi les files d’attente s’allongent devant les préfectures

Les étrangers en situation régulière sont contraints, dans certains départements, de faire la queue une partie de la nuit pour renouveler leur titre de séjour. Et la situation ne cesse d’empirer. Explications.

Par MARIE PIQUEMAL

 Comme si cela ne suffisait pas de mener la vie impossible aux sans-papiers, le ministre de l’Intérieur Claude Guéant trouve qu’il y a «trop» d’étrangers en situation régulière. 200.000 entrent en France chaque année, se désolait-il ce week-end, «l’équivalent de la ville de Rennes». On parle là de ressortissants étrangers qui remplissent les critères de l’immigration légale et ont donc toute légitimité à vivre en France.

Garantir leur accès aux services publics fait donc partie des obligations de base de l’Etat. Or aujourd’hui, accéder au guichet de la préfecture en charge de l’accueil des étrangers est devenu un parcours du combattant. Renouveler son titre de séjour, comme toute démarche administrative, n’a jamais été une partie de plaisir. En région parisienne, où se concentre une forte population d’étrangers, les files d’attente se forment tôt le matin avant même l’ouverture de la préfecture. Mais depuis quelques mois, la situation s’est vraiment dégradée.

Arriver tôt ne suffit plus, il faut parfois passer la nuit dehors dans le froid pour espérer accéder au guichet le matin, sans même être certain d’être reçu et encore moins d’obtenir une réponse à ses questions.

La région parisienne n’est plus la seule touchée. Des préfectures, jusqu’ici épargnées, sont désormais embouteillées comme dans le Calvados ou la Gironde. Elise Fontaine, de l’association de solidarité avec tous les immigrés (Asti) du Calvados, témoigne : «Les gens font la queue dès deux heures du matin, parfois avec des bébés, c’est insupportable.»

Inconcevable surtout dans un Etat démocratique. Comment expliquer cet engorgement ? Voici trois éléments d’explication, directement inspirés des associations qui accompagnent les étrangers dans leurs démarches.

1) Les guichets des préfectures de moins en moins ouverts

Prenons le cas de la Gironde. Jusqu’à récemment, le guichet d’accueil des étrangers était ouvert tous les matins de 8h30 à 11 heures. Désormais, le vendredi matin est fermé au public afin «de traiter au mieux les dossiers déjà déposés», indique le site internet. Il n’est par ailleurs plus possible de déposer ou retirer une demande de titre de séjour le mercredi matin, réservé aux «demandes d’information».

Inévitablement, la diminution du nombre de jours ouvrés allonge les files d’attente. «Elles ont triplé en l’espace de quelques mois, témoigne Janine Guerra, de l’association Asti de Gironde. Même pour déposer une demande de naturalisation, c’est devenu la folie. Il faut prendre rendez-vous par téléphone mais le standard n’est ouvert que deux petites heures par semaine. Du coup, ça sonne occupé, les gens mettent plusieurs semaines avant d’obtenir le fameux rendez-vous, entre-temps certains papiers se périment… Cela maintient les gens dans un climat de stress insupportable.»

Autre exemple, à Caen. Réorganisation de service cet été, les agents ne reçoivent plus sur rendez-vous l’après-midi. Pour espérer voir sa demande traitée, pas d’autre choix que faire la queue devant la préfecture le matin. Là où les agents recevaient une soixantaine de personnes dans la matinée, c’est désormais une quarantaine, maxi. Les autres sont priées de revenir le lendemain, tant pis s’ils ont un travail ou des obligations. «Pour espérer être reçu, les gens font la queue toute la nuit. Mais là, avec l’arrivée du froid, cela devient vraiment difficile. Les gens essaient de s’organiser avec des listes informelles… D’autres s’énervent. On en arrive à des situations de violence», se désole Elise Fontaine, juriste à Asti 14 (Calvados).

 

2) Excès de zèle dans l’examen des dossiers

Debout toute la nuit à poireauter dans le froid, il est 9 heures, c’est enfin votre tour au guichet. Une quantité industrielle de papiers sous le bras pour attester du bien-fondé de la demande, et là, le couperet tombe: «ah, il manque le papier prouvant la vie maritale». Vous dégainez l’attestation de la Caisse d’allocations familiales où il est écrit noir sur blanc que vous vivez bien avec monsieur Y. «Mais dans l’en-tête il n’y a que votre nom, il manque celui du conjoint. Faudra repasser». Des exemples comme celui-ci, les bénévoles des associations en ont des centaines en tête. Janine Guerra, à Bordeaux, a même entrepris un recueil de témoignages pour dénoncer cet «arbitraire insupportable».

Au fil des lois et circulaires durcissant la politique d’immigration, les agents sont devenus très (trop) pointilleux dans l’examen des dossiers. Certains exigent des documents qui n’ont pas lieu d’être, d’autres délivrent des informations parcellaires sur l’avancée du dossier… Et variables d’un guichet à l’autre. En cause, entre autres: le manque de formation des agents préfectoraux. La législation étant de plus en plus complexe et sans cesse modifiée, les agents n’arrivent pas à suivre et s’emmêlent les pinceaux malgré «le guide du guichetier», remis par le ministère.

3) De récépissés en récépissés

Vous avez beau remplir toutes les conditions (ressources, emploi, logement…), avoir un dossier en béton, obtenir une carte de séjour, même temporaire (d’un an), relève de l’exploit. On ne parle même plus des cartes de résident, valables dix ans, qui sont en chute libre. On est passé de 31.000 cartes délivrées en 2005 à 18.000 en 2009, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur (lire ici en pdf, page 57).

«Avant les lois Sarkozy, les cartes de résident de dix ans étaient délivrées de plein droit aux parents d’enfants français ou lorsque le conjoint avait la nationalité française. On partait du principe qu’à partir du moment où un étranger se destinait à rester longtemps sur le territoire, lui accorder une carte de résident était le meilleur moyen de l’intégrer, explique Stéphane Maugendre du Gisti. Aujourd’hui, la logique a été totalement inversée: il faut prouver qu’on est intégré pour avoir la carte!» Au fil des lois, les conditions requises sont sans cesse plus draconiennes.

En pratique, donc, le titre de séjour d’un an est la règle. Au passage, cela rapporte pas mal d’argent à l’Etat. Car à chaque demande de renouvellement, les demandeurs sont obligés de s’acquitter d’une taxe, fixée à 110 euros. Autre problème, entre le moment où la préfecture donne son accord et le jour où la personne l’a entre les mains, il peut se passer trois, six, neuf mois, durant lesquels elle est condamnée à enchaîner les récépissés de trois mois. Cela explique aussi en partie l’allongement des files d’attente devant les préfectures. «Au final, assure Stéphane Maugendre, certains reçoivent la carte juste avant qu’elle soit périmée !»


Semer n’est pas jouer …

http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/11/29/pour-les-agriculteurs-ressemer-sa-propre-recolte-sera-interdit-ou-taxe_1610778_3244.html#ens_id=1610322


Guéant-Le Pen : suite…..

http://www.liberation.fr/politiques/01012374508-eclats-de-campagne


Et si la France sortait de l’Euro ? Marianne

http://www.marianne2.fr/Serait-ce-la-catastrophe-annoncee-si-la-France-sortait-de-la-Zone-Euro_a213023.html


Pas de remplaçants à l’Ecole de Gravelle…

http://dlendirect.blogs.dordognelibre.fr/archive/2011/11/29/mobilisation-a-l-ecole-de-gravelle.html


SOS Femmes liquidée. La SAFED reprend.

http://www.sudouest.fr/2011/11/29/sos-femme-s-liquidee-mais-565986-1980.php