Paris : le couple soupçonné d’avoir participé au saccage du Fouquet’s ressort libre du tribunal

francetvinfo.fr

franceinfoRadio France

Les prévenus, originaires d’Indre-et-Loire, étaient jugés en comparution immédiate samedi.

Le couple soupçonné d’avoir participé au saccage du Fouquet’s à Paris est ressorti libre du tribunal samedi 23 mars, pour cause de « nullité de procédure », indique le journaliste de franceinfo présent à l’audience.

Ces deux personnes étaient jugées en comparution immédiate à Paris, deux jours après leur placement en garde à vue dans le cadre d’une enquête ouverte des chefs de dégradations par moyens dangereux, vols aggravés et recels aggravés.

L’avocat du couple, Arié Alimi, a soulevé plusieurs nullités de procédure et le président du tribunal, après une heure de délibéré a estimé qu’elles étaient valables. Toujours selon l’avocat, l’homme de 46 ans n’a pas pu prendre son traitement contre la narcolepsie, avant l’arrivée au tribunal. Il s’endormait par intermittence dans le box. Le procureur a estimé qu’il ne pouvait pas être jugé alors qu’il n’avait pas pris son médicament. « La façon dont les personnes sont jugées alors qu’ils sont malades et qu’on ne leur retransmet pas leur médicament, c’est révoltant et le tribunal m’a entendu et a considéré qu’il y avait une nullité et que la procédure s’arrête », explique l’avocat sur franceinfo.

S’agissant de la femme, Ambre, l’acte est nul, parce que « j’ai dit qu’il y avait des vidéos qui prouvaient que ce petite couple charmant n’avait rien fait. Qu’on leur avait remis les fourchettes et le tabouret. Ils les avaient demandés. Il n’y avait aucun vol. Ce sont des agents de sécurité du Fouquet’s qui, compte tenu des dégradations, se disaient finalement : ‘on va donner aux gens ce qui reste et ce qui est par terre’. C’est la raison pour laquelle le PV de comparution immédiate a également été annulé », a considéré Maître Alimi.

Ambre, 30 ans, s’est d’ailleurs dit « très soulagée » au micro de franceinfo. « Je ne savais même pas ce que c’était une garde à vue donc je suis très heureuse de sortir », explique la jeune femme. « On a débarqué devant le Fouquet’s qui était ravagé. Les gens étaient déjà passés dedans pour tout voler. Le vigile ne nous a pas empêchés de rentrer et le vigile a mis à disposition des couverts pour que les gens se servent. Je suis repartie avec quatre fourchettes et je lui ai demandé si je pouvais prendre le tabouret pour la blague et il m’a autorisé. C’était le symbole, c’était vraiment un souvenir du Fouquet’s », explique-t-elle.

« Il n’y a pas eu de vol dans cette affaire », affirme Maître Arié Alimi. « On n’est pas dans une affaire d’Etat, on est dans une affaire ridicule et avec les moyens absolument ridicules« , ajoute l’avocat. « Quand j’ai vu cette procédure, je me suis dit mais où est ce qu’on va ? On a fait de la géolocalisation en temps réel, on a envoyé des policiers de Paris dans l’Indre-et-Loire, on a fait des recherches dans toute la France. Autant dire que Tarnac à côté, c’est pas grand-chose. On a mis des moyens disproportionnés qui ont coûté énormément d’argent au contribuable, uniquement pour aller chercher quelqu’un pour un tabouret et quatre fourchettes pour garder un souvenir. Je crois qu’on a dépassé les bornes depuis longtemps, s’agissant des ‘gilets jaunes’. Il y a un moment où il faut revenir sur terre », assure-t-il.

Le couple avait été interpellé près de Tours (Indre-et-Loire) par la police judiciaire parisienne. C’est une publication Facebook de la jeune femme, montrant des photos d’un tabouret et de couverts volés dans le célèbre restaurant, qui avait alerté les gendarmes d’Indre-et-Loire.

Au domicile de l’aide-soignante de 30 ans, les enquêteurs avaient retrouvé les objets en question. La trentenaire avait été interpellée avec son conjoint de 43 ans qui avait lui aussi reconnu avoir participé à la manifestation.

Samedi 16 mars, le Fouquet’s avait été saccagé en marge de la mobilisation des « gilets jaunes » sur les Champs-Élysées. La direction du restaurant a annoncé vendredi qu’il resterait fermé pour « plusieurs mois ».