Crise de l' »Aquarius » : « Dommage qu’il n’y ait aucun grand pays entre l’Italie et l’Espagne… »

nouvelobs.com

Par L’Obs Publié le 12 juin 2018 à 12h29

Ce mardi matin à 11 heures, le navire « Aquarius », affrété par l’ONG française SOS Méditerranée, fait toujours des ronds dans l’eau à une cinquantaine de kilomètres à l’est des côtes maltaises. Mais plus pour longtemps : après 72 heures de confusion, marquées par les refus successifs de l’Italie et de Malte, les 629 migrants à bord (dont 123 mineurs isolés, 11 enfants en bas âge et 7 femmes enceintes), sauvés au large de la Libye, devraient pouvoir accoster en Espagne dans quelques jours après la proposition, lundi, du nouveau gouvernement de Pedro Sanchez .

« L’Espagne honore les engagements internationaux en matière de crise humanitaire. […] Il est de notre obligation d’aider à éviter une catastrophe humanitaire et d’offrir un ‘port sûr’ à ces personnes », écrit Madrid dans un communiqué.

Au-delà des rodomontades du ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini, qui a crié victoire lundi soir en voyant la situation débloquée, les trois jours de crise ont été marqués par le silence assourdissant des autorités françaises, pourtant interpellées par plusieurs ONG. Car la solution espagnole, pour « encourageante » qu’elle est, n’est pas la plus facile pour l' »Aquarius », actuellement à 1.400 kilomètres du port de Valence. « Atteindre l’Espagne prendrait plusieurs jours. Avec 629 personnes à bord et une météo qui se détériore, la situation risquerait de devenir critique », expliquait SOS Méditerranée lundi soir sur son compte Twitter.

Le ravitaillement opéré par Malte, lundi, ne permettait de distribuer qu’un seul repas par personne ce mardi, ajoute l’ONG. Des vivres supplémentaires ont été livrés dans la matinée par un navire italien.

????UPDATE 9h39 Confirmation reçue par l’#Aquarius : port « sûr » #Valence, #Espagne. Les équipes st soulagées qu’1 solution se profile. Mais ça prolonge inutilement le tps passé en mer par les rescapés déjà vulnérables & réduit la capacité de sauvetages. Vivres attendus arrivés. pic.twitter.com/SBLGGEBnMy

— SOS MEDITERRANEE France (@SOSMedFrance) 12 juin 2018

La Commission européenne a appelé lundi à un « règlement rapide » de la situation de l' »Aquarius », évoquant un « impératif humanitaire ». David Beversluis, médecin de MSF se trouvant à bord, décrit la situation :

« Les rescapés sont épuisés, déshydratés, parfois brûlés par le mélange d’essence et d’eau de mer. »

????[1/2] UPDATE Le MRCC espagnol a proposé d’accueillir l’#Aquarius à #Valence. Cette mobilisation est un signe très positif mais atteindre l’Espagne prendrait plusieurs jours. Avec 629 personnes à bord et une météo qui se détériore, la situation risquerait de devenir critique.

— SOS MEDITERRANEE France (@SOSMedFrance) 11 juin 2018

« Non-assistance à personnes en danger »

Lundi après-midi, Médecins du Monde a dénoncé l’inaction de la France sur le dossier.

« Monsieur Emmanuel Macron, vous ne pouvez pas qualifier de ‘crimes contre l’humanité’ les persécutions des migrants en Libye, faire du sauvetage en mer une ‘grande cause nationale’ et vous abstenir, au risque d’être complice de non-assistance à personnes en danger », écrit l’ONG sur Twitter.

M. @EmmanuelMacron,
Vous ne pouvez pas :
– qualifier de ‘crimes contre l’humanité’ les persécutions des #migrants en Libye
– faire du sauvetage en mer une ‘Grande cause nationale’

Et vous abstenir, au risque d’être complice de non-assistance à pers. en danger.#OpenFrenchPort https://t.co/Mwde6LKFQh

— Médecins du Monde (@MdM_France) 11 juin 2018

De nombreux tweets déploraient dans le même temps, souvent sur le mode ironique, qu’il n’existe pas un pays plus proche pour permettre au navire d’accoster dans de meilleures conditions.

Dommage qu’il n’y ait aucun grand pays doté de nombreux ports entre Italie et Espagne, ça aurait fait moins de chemin https://t.co/vHs3ofj3db

— Samuel Laurent (@samuellaurent) 11 juin 2018

Je viens de vérifier et je peux vous l’affirmer : entre l’Italie et l’Espagne, il y a un pays avec une large côte pleine de ports. Mais je n’ai pas entendu les autorités proposer d’accueillir #Aquarius, ce bateau français qui sauve des vies depuis des mois.#DroitsdelHommeMonCul pic.twitter.com/F2DPRgwnkW

— Flore J. ???????????? (@florowicz) 11 juin 2018

Ce mardi matin sur CNews, le député LR des Alpes-Maritimes Eric Ciotti a lui clamé qu' »aucun port français » ne devait accueillir l' »Aquarius » :

« Aucun port français, ni [en] Corse, ni Nice, ni Marseille. L »Aquarius’, il a une destination toute trouvée, il faut qu’il retourne vers les côtes libyennes. On veut que Nice devienne Lampedusa ? »

Non Monsieur @jattali Nice ni aucun port français ne deviendra jamais #Lampedusa. L’#Aquarius et les bateaux de migrants ont une destination toute trouvée= retrouver les côtes libyennes ou tunisiennes. Seul ce gage de fermeté fera diminuer les flux migratoires.#LaMatinale #CNews pic.twitter.com/s2Yj5xZBwu

— Eric Ciotti (@ECiotti) 12 juin 2018

Laurence Sailliet, porte-parole de LR, renchérissait : « Accepter ce bateau, c’est cautionner le travail des passeurs, accepter ce bateau, c’est continuer à entretenir cette voie d’immigration. »

Des voix au sein de la majorité, en revanche, se multiplient depuis lundi pour appeler le gouvernement à agir. Le porte-parole de LREM Gabriel Attal a ainsi estimé sur Public Sénat que la position italienne était « à vomir », ajoutant « ne pas imaginer que la France ne participe pas à trouver une solution humanitaire ».

« C’est inadmissible de faire de la petite politique avec des vies humaines comme ce qui est fait en ce moment. »D’autres députés LREM ont embrayé dans le même sens. « La France est restée muette. Laissant à la dérive le principe d’accueil inconditionnel des migrants. Qu’attendons-nous pour agir ? » se demande Sonia Krimi (Manche). « Face à l’urgence et à la détresse absolue, la France se serait honorée à faire une exception et à accueillir les passagers de l »Aquarius' », a tweeté Anne-Christine Lang (Paris). « La loi Asile et immigration n’est pas qu’un symbole : elle a abaissé les droits des demandeurs d’asile et recroquevillé l’espace mental de nos frontières », dénonce quant à lui Sébastien Nadot (Haute-Garonne). « C’est tout à l’honneur de l’Espagne, et cela redore (un peu) notre blason européen. Il s’agit bien d’aide humanitaire ! », a enfin réagi Olivier Véran (Isère).

Il a fallu attendre ce mardi matin pour que Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat rattaché au Quai-d’Orsay, justifie la position de la France au micro de Sud-Radio : « La France prend plus que sa part, au sens où elle est engagée sur le théâtre libyen pour stabiliser la situation, au sens où nous sommes engagés pour accueillir sur trois ans 10.000 personnes éligibles au droit d’asile […] pour leur éviter cette traversée de la mort. »

« Dans le cas précis de l »Aquarius’, il y a une proposition qui a été faite par l’Espagne, elle est en cours d’expertise d’un point de vue météorologique et de la capacité du bateau à se rendre dans le port de Valence, donc affaire à suivre. »Emmanuel Macron a dénoncé en Conseil des ministres la « part de cynisme et d’irresponsabilité du gouvernement italien », rappelant « qu’en cas de détresse, ce soit la côte la plus proche qui assume la responsabilité de l’accueil », rapporte le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux. Le chef de l’Etat ajoute :

« Si un bateau avait la France pour rive la plus proche, il pourrait accoster. […] La question qui est centrale est de savoir si les personnes qui sont présentes sur l’Aquarius sont éligibles à l’asile. »« Il faut une réponse européenne » sur ce sujet qui sera au menu du Conseil européen des 28 et 29 juin, où la France et l’Allemagne devaient présenter ensemble une proposition ambitieuse », notamment sur le financement de la police des frontières Frontex, conclut Benjamin Griveaux.

La proposition corse : « Facile », balaie Lemoyne

Quelques heures plus tôt, à la surprise générale, les dirigeants nationalistes corses Jean-Guy Talamoni (président de l’Assemblée de Corse) et Gilles Simeoni (président du Conseil exécutif) avaient proposé à l' »Aquarius » de venir accoster dans un port de l’île, deux fois plus proche que l’Espagne.

#Aquarius: l’Europe doit traiter de façon solidaire la question humanitaire. Compte tenu de la localisation du navire et de l’urgence, mon avis est qu’il serait naturel d’ouvrir un port corse pour porter secours à ces personnes en détresse.

— Jean-Guy Talamoni (@JeanGuyTalamoni) 11 juin 2018

Manque de vivres, mauvaises conditions météo, et port espagnol trop éloigné : face à l’urgence, le Conseil exécutif de Corse propose à @SOSMedFrance d’accueillir l’#Aquarius dans un port #Corse

— Gilles Simeoni (@Gilles_Simeoni) 12 juin 2018

« On peut penser à Bastia ou Ajaccio », expliquait Jean-Guy Talamoni ce mardi matin sur RMC. « J’ai eu au téléphone la préfète de Corse, qui n’était pas encore bien informée de la situation et de notre prise de position. J’attends un retour, il y aura certainement des échanges dans la matinée. »

« Il faut porter secours : il y a des femmes enceintes, des enfants en bas âge, une situation qui se dégrade. […] C’est plus que préoccupant. »Agacé, Jean-Baptiste Lemoyne a balayé l’initiative corse sur Sud-Radio : « Oui enfin, il prend une position, n’étant pas aux responsabilités, qui est facile. […] Là tout le monde réagit à chaud, c’est le concours Lépine. […] il y a une situation naturellement qui interpelle, mais il faut des réponses rationnelles. »

« Que dit le droit international ? Il faut aller vers le port le plus sûr et le plus proche. Et on voit bien que la Corse n’est pas le port le plus sûr et le plus proche. Vu la situation du bateau, c’est entre l’Italie et Malte. »Or le bras de fer entre les deux pays se serait éternisé sans l’intervention de Madrid…

T.V.

Publicités

Mamoudou Gassama à l’Élysée, les autres réfugiés à la rue!


Mamoudou Gassama est devenu notre héros « national » en l’espace de quelques heures. Cet exilé malien sans papiers de 23 ans a sauvé en prenant de gros risques un enfant suspendu sur le rebord extérieur d’un balcon au quatrième étage d’un immeuble. Il méritait certes que la République lui rende hommage de quelque façon. Le président Macron, qui ne manque aucune occasion de communiquer, en a fait beaucoup et n’a pas lésiné sur la mise en scène. Il l’a reçu à l’Élysée et lui a promis sa régularisation, son intégration, et même, dit-on, la nationalité française.

Une belle histoire pour un jeune homme qui a déjà risqué sa vie pour arriver du Mali en France dans les conditions que connaissent la plupart des migrants qui ont fui leur pays d’origine, que nous rencontrons sous les métros, le long des canaux à Paris, dans les centres de rétention administrative, à Calais, à Ouistreham, à Menton, dans les Alpes à la frontière franco-italienne et ailleurs.

On espère toutefois qu’une fois les projecteurs éteints, Mamoudou Gassama ne sera pas oublié par tous et d’abord par l’État, et abandonné à de nouvelles « galères » comme il semble que l’a été un autre héros de même trempe, autrefois célébré, Mohssen Oukassi, ce Tunisien sans papiers de 26 ans qui, en 2014, sauva des habitants de son immeuble en flammes à Aubervilliers.

Notre bonne conscience, un exilé fréquentable

Car Mamoudou Gassama est en fait et avant tout notre bonne conscience. La bonne conscience de gens qui ne veulent pas entendre parler de ces migrants envahissant l’espace public, mais qui se montrent satisfaits de voir surgir un Mamoudou, ce « bon » migrant qui parvient par son acte de bravoure à éveiller en nous assez d’émotion pour nous anesthésier et nous insensibiliser à la souffrance de milliers d’autres exilés croupissant dans la misère.

Mamoudou Gassama est le héros dont a besoin la société pour se consoler de sa vie banalisée, sans événement, et de sa lâcheté à degré variable selon les jours. Malgré lui, cet homme courageux et simple s’est transformé en personnage de spectacle, et ce n’est pas un hasard si on le qualifie de Spiderman. Un super-héros moderne dont nous sommes si friands. En fait, l’héroïsme de Mamoudou Gassama va nous dispenser de l’empathie responsabilisante à laquelle devrait nous obliger notre condition humaine face à la détresse et au dénuement extrême de notre semblable. Nous sommes davantage sensibles à une souffrance abstraite, sélectionnée, médiatisée et instrumentalisée. On a en fait « déguisé » ce jeune migrant en « bon exilé », propre sur lui, défait des habits peu reluisants de sa longue errance, présentable et fréquentable au point d’être invité à se montrer sous les ors de la République. Il redevenait par là même le « bon Noir » de l’ère coloniale.

Mamoudou Gassama est en fait et avant tout notre bonne conscience. La bonne conscience de gens qui ne veulent pas entendre parler de ces migrants envahissant l’espace public.

Il suffit d’un peu d’attention pour constater que peu de gens s’arrêtent par exemple en passant devant les tentes du canal Saint-Denis, sous les métros, ou dans ces rues où les exilés s’entassent. Peut-être parce qu’ils nous rappellent désagréablement qu’un jour leur sort pourrait être le nôtre. Peut-être aussi parce que nous n’osons pas les regarder dans les yeux, parce qu’ils nous renvoient à notre absence de compassion à leur endroit et à la honte que nous en avons. Toutes les souffrances, il est vrai, ne possèdent pas la vertu d’éveiller notre compassion. Seules certaines le font, auxquelles nous pouvons nous identifier. Or les exilés sont des étrangers, ils viennent d’ailleurs, ils ne sont pas « nous ».

Le nouveau monde bégaie maintenant en anglais

En lançant cette belle opération de communication, Emmanuel Macron n’a pas seulement réussi à « blanchir » une misère noire qu’il veut nous faire oublier. En célébrant l’héroïsme de Mamoudou Gassama et en lui réservant ce magnifique l’accueil, il a surtout cherché à se blanchir lui-même et à réendosser le beau costume d’humaniste qu’il aime à arborer. Ce geste suffira-t-il à masquer la réalité de sa politique migratoire? À effacer de nos consciences le cynisme technocratique de ses ministres?

Pendant que le Président met en scène son humanisme foncier au côté de Mamoudou Gassama, son homme de peine, Gérard Collomb, lui, fait le sale boulot. Transformé en libéral bizarrement anglophone, il moque sans honte aucune le benchmarkingdes demandeurs d’asile. Il y a peu, sa collègue Nathalie Loiseau parlait elle de « shopping de l’asile ». Le nouveau monde bégaye en anglais. Et tente de justifier par de misérables jeux de langage une politique délibérément défaillante de l’accueil, conçue comme un moyen de décourager les migrants –et de plaire, s’il est possible, à une droite dure qui, elle, continue à faire la politique de l’ancien monde: « nous » contre « eux ». Nous connaissons cette vieille rengaine et les désastres qu’elle engendre.

Les héros qu’on ne veut pas voir

L’héroïsme de Mamoudou réussira-t-il à infléchir l’attitude du gouvernement à l’égard de tous ces étrangers qu’il ne veut pas? Il est permis d’en douter. Tout continuera comme avant. Lui fermera les portes, eux rentreront par la fenêtre. Oui, parce qu’ils ont de l’audace, l’audace de quitter leur pays, de traverser des milliers de kilomètres dans des conditions ineffables, de fuir la police, de surmonter les obstacles pour échapper au pire. Oui, parce que ce sont tous, à leur façon, des héros. Des héros oubliés, rejetés, méprisés, pourchassés. Mais des héros. Qui ne cèdent pas, parce qu’ils veulent changer leur destin. Pour émigrer, il faut toujours une dose minimale d’héroïsme.

Pour émigrer, il faut toujours une dose minimale d’héroïsme.

La vision de la souffrance est ordinairement tenue à l’écart pour ne pas enfreindre les règles de notre individualisme. Inversement, à certains moments, elle devient le ciment de solidarités « humanitaires », fabriquées par l’occasion. Nous assistons chaque jour aux actes de bravoure de ces « délinquants » solidaires qui transgressent parfois la loi pour venir en aide à ces hommes et ces femmes en détresse en les faisant traverser des frontières, en les conduisant dans leurs véhicules, en en les hébergeant, en les nourrissant, en les soignant. Eux aussi sont des héros et des héroïnes, dont l’héroïsme ordinaire n’a pas l’heur de plaire à nos ministres et qui, certainement, ne seront jamais reçus en grande pompe à l’Élysée. Ce n’est pas grave. Ils nous donnent l’exemple chaque jour. À qui voudra le suivre ou pas.

La politique xénophobe de nos gouvernements ne date pas d’aujourd’hui. La solidarité active de femmes et d’hommes simples, des héros du quotidien à leur manière, non plus.


Soudan : des demandeurs d’asile torturés après avoir été expulsés par la France

nouvelobs.com

Par L’Obs Publié le 24 avril 2018 à 13h08

En Belgique, c’est un scandale. En France, le silence est… assourdissant. Dans une grande enquête, publiée dimanche 22 avril, le « New York Times » révèle que des demandeurs d’asile soudanais renvoyés par la France, l’Italie et la Belgique, ont été torturés à leur retour dans leur pays.

Une enquête de Streetpress, publiée en octobre dernier, révélait déjà que la police française collaborait étroitement, et depuis 2014, avec la dictature soudanaise, et favorisait « le renvoi à Khartoum d’opposants politiques réfugiés en France ». Le titre de Streetpress parlait de lui-même : « Comment la France a livré des opposants politiques à la dictature soudanaise ».

Le quotidien américain a de son côté retrouvé des demandeurs d’asile et a publié les témoignages de quatre d’entre eux. Ils ont été arrêtés dès leur retour puis torturés par le régime soudanais. Un dissident politique du Darfour expulsé par la France fin 2017, affirme ainsi avoir été électrocuté, battu et frappé avec des tuyaux en métal pendant dix jours. Il affirme qu’avant son expulsion, des officiers de police soudanais l’ont menacé en présence d’officiers français :
Je leur ai dit : ‘Ils vont nous tuer’, mais ils n’ont pas compris.

Des policiers soudanais dans des centres de rétention

Interrogé par le « New York Times », le régime du général Omar el-Béchir dément. Le dictateur, qui dirige depuis 28 ans le Soudan, est visé par un mandat d’arrêt en 2008 de la Cour pénale internationale pour génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre, comme le rappelle « le Journal du dimanche ».

Comme l’écrit le quotidien américain, la Belgique, la France et l’Italie ont autorisé des « officiels soudanais » à pénétrer dans leurs centres de rétention et à interroger des demandeurs d’asile soudanais. Ces « officiels » étaient en réalité des policiers soudanais. Selon le « New York Times », les entretiens dans les centres de rétention entre les « officiels » soudanais et les demandeurs d’asile se seraient faits « en l’absence de fonctionnaire capable de traduire les propos échangés ».

En Belgique, les révélations sur les expulsions de demandeurs d’asile soudanais ont provoqué de vives tensions. En septembre dernier, le Premier ministre belge Charles Michel a reconnu devant une commission d’enquête de son Parlement que les polices de plusieurs pays européens collaboraient étroitement avec la dictature soudanaise d’Omar el-Béchir.

P.L.


Les migrants à Paris « vivent dans une situation absolument abominable », dénonce l’association France Terre d’Asile

francetvinfo.fr

franceinfoRadio France

Alors que la maire de Paris évoque un contexte de « chaos » et de « risque de catastrophe », Pierre Henry, directeur général de France Terre d’Asile, appelle « l’État et la Ville de Paris à se mettre autour d’une table avec les acteurs qui interviennent au quotidien sur ces dossiers ».

Pierre Henry, président de l\'association France Terre d\'Asile.
Pierre Henry, président de l’association France Terre d’Asile. (PIERRE ANDRIEU / AFP)

Deux hommes migrants sont morts noyés en moins d’une semaine dans le nord de Paris, à proximité de campements de fortune. Pierre Henry, directeur général France Terre d’Asile  a dénoncé samedi 12 mai sur franceinfo la situation des migrants à Paris qui « vivent dans une situation absolument abominable ». La maire de Paris Anne Hidalgo demande à l’État d’intervenir rapidement, évoquant dans un courrier adressé à Édouard Philippe un contexte de « chaos » et de « risque de catastrophe ». C’est près de 2 400 migrants, selon Anne Hidalgo, qui survivent dans la capitale dont plus de la moitié se trouvent Porte de la Villette.

franceinfo : Reprenez-vous à votre compte le mot de « chaos » utilisé par la maire de Paris ?

Oui, c’est un mot que je reprends mais quand 1 600 personnes vivent dans une situation de promiscuité totale, sur 400 m2 avec un seul point d’eau et trois latrines, évidemment, cela ressemble fort à un chaos. C’est une situation totalement indigne. Il y a trois campements dans la capitale : un porte de la Villette, un autre du côté des rives du canal Saint-Martin et un troisième sur un nœud autoroutier. Toutes ces personnes vivent dans une situation absolument abominable. Cela fait 10 semaines que cela dure.

Les associations évoquent des problèmes de sécurité. Ont-elles demandé plus de forces de police près de ces campements ?

Il y a de plus en plus de tensions sur ces camps. C’est logique. Chaque cm2 devient un objet de conquête pour les personnes qui vivent là en situation de survie. L’inaction des pouvoirs publics et leur refus de procéder à une mise à l’abri mettent tout le monde en danger, et en premier lieu, d’abord les migrants. Il y a eu deux morts la semaine dernière par noyade (…) Vous avez des rixes qui dans une telle situation ne peuvent que survenir.

Les associatifs, les humanitaires qui vont au contact tous les jours sont dans une situation de plus en plus précairePierre Henryfranceinfo

Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb parle de mesures d’expulsions mais pas de mises à l’abri. Pourtant, il y a eu une trentaine de prises en charge depuis 2015. Sont-elles efficaces ?

Il y en a eu 36 entre 2015 et 2017. Ces opérations résolvent un problème de dignité. Ces gens qui sont là viennent d’Erythrée, du Soudan, d’Afghanistan, et ils ont comme nous tous un besoin de dignité. Évidemment, la mise à l’abri ne va pas résoudre le problème du règlement de Dublin qui fait que des dizaines de milliers de personnes sont en errance sur le territoire européen parce qu’il y a une crise de défiance entre les différents États et la solidarité n’est pas au rendez-vous.

Qu’attendez-vous des pouvoirs publics ?

J’appelle l’État et la Ville de Paris à se mettre autour d’une table avec les acteurs qui interviennent au quotidien sur ces dossiers. Ce que nous avons fait depuis 20 ans n’a pas si mal marché que cela. On prend souvent exemple sur l’Allemagne. Au plus fort de la crise migratoire, l’Allemagne a accueilli 1,2 million de personnes. Personne n’est resté à la rue. En même temps, en France nous avons accueilli 160 000 personnes et nous avons des campements de rue. Pourquoi ? Parce que nous ne voulons pas, nous n’avons pas la programmation suffisante et je pense que ces images alimentent le populisme et le rejet des migrants dans l’opinion publique.

 

Les députés rejettent l’interdiction de mineurs en rétention

liberation.fr

Par Laure Equy

En coulisses, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb n’avait guère laissé d’espoirs à sa majorité. S’il était prêt à concéder quelques ajustements à son projet de loi sur l’asile et l’immigration, discuté cette semaine en commission des lois, il camperait en revanche sur sa position concernant les mineurs en rétention : pas question d’interdire l’enfermement de familles sous le coup d’une procédure d’éloignement, même avec des enfants.

Plusieurs amendements avaient été déposés dans ce sens. Et pas seulement par les insoumis, communistes et socialistes, mais aussi par des députés du Modem et plus d’une trentaine de La République en marche. Tous ont été rejetés, mercredi, à l’issue d’une longue discussion en présence du ministre.

Si les mineurs sans famille sur le territoire ne peuvent séjourner en centre de rétention administrative (CRA), il est permis de placer des enfants avec leurs parents. Une situation que dénoncent depuis longtemps les associations, l’Unicef mais aussi le Défenseur des droits Jacques Toubon. Ce dernier a encore alerté le Premier ministre, début mars, lui rappelant «l’impérieuse nécessité de protéger en toute hypothèse les droits et l’intérêt supérieur des enfants».

A lire aussiA Menton, la police aux frontières sous inspection parlementaire

Une circulaire du 6 juillet 2012 demande de privilégier l’assignation à résidence des familles dans le cas de la préparation d’une procédure d’éloignement, plutôt que la rétention. Si la recommandation a été relativement suivie au départ, le nombre de familles placées en CRA a explosé ces dernières années. «En 2017, la France a enfermé, pour la seule métropole, 275 enfants dont de nombreux nourrissons, soit presque autant que durant les années 2012, 2013, 2014 et 2015 réunies», a constaté Jacques Toubon. Et ils ont été plus de 4 000 à Mayotte en 2016. Cette même année, la France a été condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme, dans cinq dossiers pour «traitement inhumain ou dégradant» en violation de la Convention européenne des droits de l’homme.

«Inconcevable de voir une enfance derrière les barbelés»

«Il est inconcevable de voir une enfance derrière les barbelés dans le pays des droits de l’homme», a tenté de faire valoir, en commission des lois, la députée communiste Elsa Faucillon. Suivie par sa collègue de La France insoumise, Danièle Obono : «C’est injustifiable de dire que cette situation est intolérable mais qu’on la tolère.» Plusieurs députés de la majorité ont aussi pris la parole, comme Martine Wonner (LREM), pour inciter le ministre à «réfléchir ensemble à une solution» d’ici au débat dans l’hémicycle prévu à partir du 16 avril. Ou comme Erwan Balanant (Modem), suggérant de «trouver un système d’hôtels à proximité des aéroports».

La rapporteure, Elise Fajgeles (LREM), tout en reconnaissant «qu’il est insupportable à tous de voir des mineurs en rétention», n’a pas jugé possible d’aller vers une prohibition. Elle soulève deux obstacles : la situation à Mayotte et le risque que «les enfants deviennent un enjeu aux mains des passeurs et des filières». D’autres députés de la majorité ont aussi estimé que le fait de séparer les enfants des parents serait pire encore. Quant à s’en tenir simplement à l’assignation à résidence pour ces familles, le ministre a redit niet. Cela reviendrait, selon lui, à «généraliser le fait que, dès qu’il y a un enfant dans une famille, celle-ci ne puisse plus jamais être éloignée». Affirmant «comprendre les cas de conscience de chacun», Collomb s’est engagé à entreprendre des travaux (pour 1,5 million d’euros en 2018) «pour que les conditions d’accueil soient dignes pour tous». «Si nous ne les accueillons pas dans ces centres, le risque de fuite sera extrêmement important et nous ne résoudrons pas le problème», a-t-il averti, prétendant encore «agir dans la dignité mais agir».

Laure Equy


Au Sénat, Nathalie Loiseau dénonce un «shopping de l’asile»

liberation.fr

Par Laure Bretton

Avec un intitulé pareil – «L’Union européenne face aux défis de la sécurité, des migrations et des frontières» – il fallait s’attendre à quelques éclats de voix, même dans le carmin feutré du Sénat. L’indignation est venue des rangs de la gauche après des propos hasardeux de la ministre des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, qui a dénoncé «le shopping de l’asile» de certains migrants. De fait, la majeure partie des questions de la séance a été consacrée à la situation des réfugiés, offrant un avant-goût du futur débat sur le projet de loi asile et immigration que l’Assemblée nationale a adopté dans la douleur fin avril.

A lire aussi La loi asile et immigration votée à l’issue d’un débat électrique

Sénatrice écologiste, Esther Benbassa a interrogé la ministre sur la procédure dite de Dublin, qui impose aux demandeurs d’asile d’effectuer cette demande dans le pays par lequel ils arrivent dans l’Union européenne. Une procédure obsolète et inopérante, estime l’élue parisienne qui a demandé à Nathalie Loiseau comment le gouvernement «comme il prétend le souhaiter, allait rendre le droit d’asile effectif en France et sur le territoire européen». Tout en reconnaissant que le règlement de Dublin était dépassé et qu’il fallait le revoir, la ministre a alors laissé entendre que la faute était en partie celle des migrants.

«Lorsque l’on arrive du Sud-Soudan, on peut faire du shopping de l’asile et trouver qu’on est mieux en Suède qu’en Italie mais enfin tout de même», s’est agacée Nathalie Loiseau, déclenchant une mini-bronca dans les rangs de la gauche. «Je ne voudrais pas qu’on puisse considérer que l’Italie n’est pas un pays où on peut demander l’asile», a ajouté la ministre, espérant une stabilisation de la situation politique italienne pour renforcer les procédures d’asile européennes. «Comment osez-vous utiliser ce mot de « shopping » pour parler de gens qui sont dans la misère, dans la souffrance, dans le dénuement ?» a répliqué la sénatrice Benbassa avant que ses collègues de gauche n’embraient sur Twitter. «Choquant et déplacé», dénonce le sénateur écolo Bernard Jomier. «Envie de vomir, ajoute l’élue socialiste Sophie Taillé-Polian. Et ils osent parler d’humanité ?»

Laure Bretton


Soudan : des demandeurs d’asile torturés après avoir été expulsés par la France

nouvelobs.com

Par L’Obs Publié le 24 avril 2018 à 13h08

En Belgique, c’est un scandale. En France, le silence est… assourdissant. Dans une grande enquête, publiée dimanche 22 avril, le « New York Times » révèle que des demandeurs d’asile soudanais renvoyés par la France, l’Italie et la Belgique, ont été torturés à leur retour dans leur pays.

Une enquête de Streetpress, publiée en octobre dernier, révélait déjà que la police française collaborait étroitement, et depuis 2014, avec la dictature soudanaise, et favorisait « le renvoi à Khartoum d’opposants politiques réfugiés en France ». Le titre de Streetpress parlait de lui-même : « Comment la France a livré des opposants politiques à la dictature soudanaise ».

Le quotidien américain a de son côté retrouvé des demandeurs d’asile et a publié les témoignages de quatre d’entre eux. Ils ont été arrêtés dès leur retour puis torturés par le régime soudanais. Un dissident politique du Darfour expulsé par la France fin 2017, affirme ainsi avoir été électrocuté, battu et frappé avec des tuyaux en métal pendant dix jours. Il affirme qu’avant son expulsion, des officiers de police soudanais l’ont menacé en présence d’officiers français :
« Je leur ai dit : ‘Ils vont nous tuer’, mais ils n’ont pas compris. »

Des policiers soudanais dans des centres de rétention

Interrogé par le « New York Times », le régime du général Omar el-Béchir dément. Le dictateur, qui dirige depuis 28 ans le Soudan, est visé par un mandat d’arrêt en 2008 de la Cour pénale internationale pour génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre, comme le rappelle « le Journal du dimanche ».

Comme l’écrit le quotidien américain, la Belgique, la France et l’Italie ont autorisé des « officiels soudanais » à pénétrer dans leurs centres de rétention et à interroger des demandeurs d’asile soudanais. Ces « officiels » étaient en réalité des policiers soudanais. Selon le « New York Times », les entretiens dans les centres de rétention entre les « officiels » soudanais et les demandeurs d’asile se seraient faits « en l’absence de fonctionnaire capable de traduire les propos échangés ».

En Belgique, les révélations sur les expulsions de demandeurs d’asile soudanais ont provoqué de vives tensions. En septembre dernier, le Premier ministre belge Charles Michel a reconnu devant une commission d’enquête de son Parlement que les polices de plusieurs pays européens collaboraient étroitement avec la dictature soudanaise d’Omar el-Béchir.

P.L.