Des tags racistes sur une aire d’accueil des gens du voyage en Dordogne

SUD OUEST

Les dégradations ont été commises dans la nuit de ce vendredi à samedi. Les élus s’indignent

Des tags racistes sur une aire d'accueil des gens du voyage en Dordogne
Ces tags à caractère raciste sont apparus dans la nuit de vendredi à samedi à Razac-sur-l’Isle © Photo

Joël Larivière
Le pont du 11 Novembre laissait craindre une intervention pas avant ce mercredi. Mais la maire de Razac-sur-l’Isle, Bernadette Paul, ne s’y résolvait pas : « Hors de question que ces horreurs restent aussi longtemps. » Aussi, ce dimanche matin, la première magistrate, deux de ses conseillers municipaux et un agent du Grand Périgueux se sont chargés d’effacer les tags à caractère raciste apparus dans la nuit de vendredi à samedi sur le chantier de l’aire d’accueil des gens du voyage.Le site, situé aux Moulineaux, doit être opérationnel d’ici quelques semaines. Seuls quatre emplacements sont prévus. C’est peu. Et malheureusement suffisant pour générer des propos haineux : « Camp nazi de concentration pour gitan » sur les futurs sanitaires, « Razac – Hitler – Dordogne – Bientôt la révolution » sur un préfabriqué, et beaucoup de croix gammées. De plus, la porte d’un container a été forcée mais aucun matériel n’a, semble-t-il, été dérobé. « Ces inscriptions sont inadmissibles. Elles vont à l’encontre de toute règle démocratique », s’agace Bernadette Paul.

Les tags ont été effacés ce dimanche© Photo Joël Larivière

Sa colère est partagée par Jacques Auzou, le président du Grand Périgueux. C’est pour le compte de l’intercommunalité que ces travaux sont réalisés. « Le climat politique actuel et les difficultés rencontrées par beaucoup nourrissent des sentiments d’exclusion, relayés par le Front national. Il y a des gens qui pensent, à tort, qu’ils vivront mieux en s’attaquant à d’autres, comme les gens du voyage. C’est très dangereux », peste l’élu.

Cette aire, à Razac, se trouve dans les tuyaux depuis 2006 (des difficultés se sont posées pour acquérir le terrain). Si elle avait suscité quelques débats à l’amorce du projet, elle n’avait jamais, jusqu’alors, engendré de virulentes oppositions. Pas même une pétition : « Je tiens à souligner que, depuis quelques années, les relations se sont fortement apaisées avec les communautés de gens du voyage, et ce depuis qu’on a su réaliser des aménagements leur permettant de stationner dignement », insiste Jacques Auzou. C’est la dernière aire qui doit être créée dans le cadre du schéma élaboré.

Publicités