Œil sur le front

oeilsurlefront.liberation.fr

Marine Le Pen et ses cadres

pris en flagrant délit

de «fake news»

Dominique Albertini

La candidate frontiste a relayé une intox d’un des jeunes du FN, sans aucune vérification. Affirmant que la chaîne C8 aurait fait passer un employé de Canal + pour un frontiste raciste.

Marine Le Pen n’aime pas les médias. La présidente du Front national ne perd jamais une occasion de s’en prendre à des journalistes prêts à tous les coups bas contre les «patriotes». Elle le fait avec d’autant plus d’entrain que ces derniers explorent les turpitudes de son parti, qu’il s’agisse des affaires financières le menaçant ou des propos racistes et homophobes de certains militants.

Dans ce grand combat contre la presse, le FN ne recule pas devant l’invective ou la manipulation. L’ahurissante intox relayée jeudi par la candidate et les hauts cadres du mouvement en est l’illustration. Tout part d’un documentaire diffusé mercredi soir par la chaîne C8 : un reportage en caméra cachée au sein du FN de la jeunesse (FNJ) des Alpes-Maritimes. En ressortent plusieurs scènes gênantes pour le parti, notamment les déclarations négationnistes d’un élu régional et l’apparition d’un sympathisant (au visage flouté) se revendiquant raciste et homophobe. Si le FN est bien obligé de sanctionner son élu, il va tenter de se dédouaner de la deuxième scène.

L’initiative en revient à Cyril Martinez, adjoint du patron local du FNJ, Bryan Masson. Sur Facebook, le jeune homme accuse : l’auteur des propos serait un employé de Canal +, venu embarrasser le parti. La preuve ? Cette image d’un compte Facebook, appartenant à un certain Kevin. Ce dernier ressemble effectivement au militant, dont une chaîne allemande a diffusé le visage non flouté. Sur cette même capture d’écran, il est indiqué que Kevin serait ingénieur du son à Canal +, chaîne appartenant au même groupe que C8.

«Défiance». Il n’en faut pas plus pour que la plupart des cadres du FN hurlent au complot. «Voilà les méthodes des milices médiatiques !»dénonce Eric Domard, conseiller de Marine Le Pen. «Cette presse torchon aux méthodes mafieuses ne mérite que la défiance du peuple français», enchaîne le conseiller régional d’Ile-de-France Jordan Bardella. Marine Le Pen elle-même y va de son attaque : «Voilà le genre de manœuvres qui sont utilisées par les médias, dit-elle à l’AFP. C’est honteux.»

A aucun moment ces responsables politiques ne songent à vérifier leur «information». Dommage : celle-ci est extrêmement douteuse. Et c’est son premier diffuseur, Cyril Martinez lui-même, qui finit par le reconnaître. «Rien de confirmé pour l’instant, concède-t-il à Libération. J’ai posté cette photo sur mon compte Facebook privé à la destination de mes amis. J’ai immédiatement fait une seconde publication en expliquant qu’il fallait prendre cette information avec des pincettes.» La source originale de l’image serait, toujours selon Martinez, le forum «18-25» du site jeuxvideo.com, connu pour ses blagues potaches.

Impossible toutefois d’y retrouver l’image, donc de prouver que celle-ci n’est pas une création de Martinez lui-même. Contactée par Libération, la boîte de production TV Presse Productions, à l’origine du documentaire, juge de son côté que l’image est un «faux grossier» : «Ils ont simplement rajouté l’indication « ingénieur du son à Canal + » au profil originel. Canal + a vérifié : la chaîne ne l’a jamais employé. On n’a aucun lien avec cette personne, on ne l’avait jamais vue avant le documentaire», précise son directeur, Jacques Aragones.

Formation. Il semble que le faussaire ait ajouté au profil de «Kevin» la mention d’un BTS métiers de l’audiovisuel à l’école Louis-Lumière. Problème : voilà plus de quinze ans que ladite école n’offre plus ce type de formation. Surtout, le militant en question n’a pas été envoyé auprès du FN par Canal + ou C8, pour la raison qu’il a été recommandé au parti par… Benoît Loeuillet, chef du FN à Nice.

Dans des séquences non diffusées que Libération a pu consulter, les responsables du FNJ s’emportent en effet à propos du militant raciste et homophobe : «C’est Benoît Loeuillet qui nous l’a envoyé !» Une phrase lancée par… Cyril Martinez, reconnaissable quoique flouté, qui ajoute avec amertume : «Merci Benoît, c’est sympa.» En fait de «complot médiatique», c’est donc plutôt une grossière intox qui a été relayée jeudi par de nombreux responsables frontistes.

Publicités