Mises au point de Mediapart…

LDH sarlat
blogs.mediapart.fr

Mises au point de Mediapart à ses détracteurs

27 févr. 2017 Par La SDJ De Mediapart

Cette fois, c’en est trop. Depuis sa création, Mediapart est l’objet de critiques diverses et variées. Nous les acceptons bien volontiers quand il s’agit de débats de fond, et prenons soin de les ignorer quand il s’agit de rumeurs, de diffamations, de mensonges. Chacun est libre de penser ce qu’il veut de notre travail. Mais encore faudrait-il que ces opinions soient fondées sur une connaissance de celui-ci.

Ces dernières semaines, les insultes et les inventions, émises dans le seul but de nous discréditer, sont allées beaucoup trop loin. Pour la première fois, les journalistes de Mediapart ont donc décidé de faire une réponse claire, nette et commune à ces détracteurs pour qui la réalité des faits constitue visiblement un détail.

  • Mediapart est « l’idiot utile de l’islamisme politique », un « site fréro-salafiste », et Edwy Plenel est « proche » de Tariq Ramadan

Mediapart est un journal d’information générale qui publie parfois des entretiens sur l’islam, comme dans cette série de vidéos parues en 2016 sur les différents contours contemporains de l’islam. Ou encore dans cette série d’entretiens avec dix musulmans de La Courneuve en 2010.

En août 2013, Edwy Plenel a écrit l’article « Pour les musulmans », s’alarmant des conséquences de la fin des printemps arabes et de leurs espoirs démocratiques. Un an plus tard, sous le même intitulé, il a développé son propos dans un essai paru aux éditions La Découverte, plaidoyer contre toutes les discriminations, sans en oublier aucune, et contre les haines, d’où qu’elles viennent.

À la suite de cette parution, Edwy Plenel a été invité à participer à une conférence publique sur la situation des jeunes musulmans de France, organisée par l’association Action pour un monde sans frontières (APMSF), le 17 janvier 2015, à Brétigny-sur-Orge. Le théologien musulman Tariq Ramadan participait également à cette rencontre-débat. C’est la seule fois où le directeur de Mediapart s’est retrouvé à la même tribune que M. Ramadan.

En avril 2016, nous avons consacré à ce dernier une longue enquête critique, à l’occasion de laquelle nous l’avons bien évidemment interrogé.

  • Mediapart a « couvé », « promu » et « soutenu » Mehdi Meklat

Mehdi Meklat, ancien chroniqueur du Bondy Blog, auteur d’un grand nombre de tweets antisémites, homophobes et misogynes sous son alias « Marcelin Deschamps », n’a jamais travaillé à Mediapart. Il n’y a jamais publié de chroniques, ni tenu de blog.

Il fut une seule fois l’invité de l’un de nos live, en octobre 2015, consacré aux dix ans de la révolte dans les quartiers populaires et organisé en partenariat avec Le Bondy Blog, né lors de ces émeutes. Il y a pris la parole lors d’une séquence d’une dizaine de minutes.

Son dernier livre, Minute (Éd. Seuil), coécrit avec son ami Badrou, a été recensé de façon critique en même temps que d’autres ouvrages traitant des élections présidentielles dans un article daté du 23 février 2017.

  • Mediapart n’est pas un média, mais « une organisation politique » et une « officine »

Mediapart est un quotidien en ligne, lu par plus de 135 000 abonnés. Son équipe de 74 salariés se consacre tous les jours à la production d’informations et d’enquêtes. Sans publicité et sans aide publique à la presse, nous ne vivons que de nos abonnements. C’est peut-être ce qu’il manque à nos détracteurs les plus virulents : s’abonner à Mediapart pour nous critiquer en connaissance de cause et non pour l’idée qu’ils se font de qui nous sommes.

  • Ève Plenel, fille du directeur de Mediapart, « gagne 3 000 euros par mois pour un emploi à mi-temps à la mairie de Paris alors qu’elle vit à Berlin ».

Ève Plenel a été choisie en avril 2016 par la mairie de Paris pour coordonner la stratégie de « Paris sans sida » à l’horizon 2030. Elle a, dans la foulée, démissionné de ses fonctions de directrice générale d’Arcat et du Kiosque Infos Sida, deux structures du groupe SOS, pour ne se consacrer qu’à cette mission.

Elle est payée mensuellement 1 682 euros net pour un temps partiel qu’elle effectue à Paris, ayant un bureau à la mairie. Ses déplacements depuis Berlin, où travaille son compagnon et où sont scolarisés ses enfants, sont totalement à sa charge. Face aux calomnies dont elle est victime, en raison de son patronyme, l’ensemble des acteurs de la lutte contre le sida lui ont exprimé publiquement leur soutien dans cette tribune.

  • « Mediapart a fraudé le fisc » et « le gouvernement a sauvé Mediapart en effaçant sa dette fiscale »

Mediapart a toujours appliqué sur le prix de ses abonnements le taux de TVA de 2,1 % dévolu à la presse et conforme aux engagements des pouvoirs publics et des syndicats professionnels. Nous suivons ainsi le principe de neutralité des supports, papier ou numérique, instauré en 2009 par le décret établissant le statut de la presse en ligne.

L’administration fiscale, qui conteste ce que nous considérons comme une question de principe, nous a imposé rétroactivement une TVA à 19,6 % pour la période allant de la création de notre site, en 2008, jusqu’au 31 janvier 2014 (après cette date, il n’y a plus de débat : une loi votée entre temps établit que la presse en ligne doit bénéficier du taux de TVA à 2,1 % à partir de février 2014).

La somme réclamée par le fisc se compose de 3 348 233 euros de différentiel de taux de TVA, plus 1 349 462 euros d’intérêts, ainsi que de pénalités pour mauvaise foi. Mediapart a payé l’intégralité du différentiel de TVA demandé et provisionné dans ses comptes le montant des intérêts et des pénalités, en attendant les suites judiciaires.

Nous contestons la décision de l’administration devant le tribunal administratif de Paris (la requête est ici). La Cour de justice de l’Union européenne devra également se prononcer dans les prochains mois sur cette question.

Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.

Publicités