Intox d’extrême droite : comment ça marche…

lemonde.frLDH sarlat

« 93 % des Français prêts à voter Marine Le Pen » : itinéraire d’une intox d’extrême droite

Sondage bidon, faux sites d’information, pages Facebook militantes… Voici comment des réseaux favorables au FN fabriquent et diffusent de fausses informations.

LE MONDE | 08.12.2016 à 15h12 • Mis à jour le 08.12.2016 à 18h00 | Par Adrien Sénécat

A première vue, la nouvelle semble venir d’un site d’information traditionnel : « Sondage : plus de 93 % des Français sont prêts à voter Marine Le Pen à la présidentielle de 2017 ! », peut-on lire sur le site MyJournal.fr. Des dizaines de comptes Facebook militants ont fait part de l’information ces dernières semaines, contribuant à la diffuser à des milliers d’internautes. Sauf qu’il s’agit d’une fausse information, sciemment fabriquée et véhiculée par des réseaux de propagande d’extrême droite. Explications.

Facebook

CE QUE DIT LA RUMEUR

L’article du site MyJournal.fr semble présenter, graphique à l’appui, les résultats d’un prétendu « sondage », fait « auprès de 1 013 Français » en août. Conclusion : 93 % d’entre eux seraient « prêts à voter Marine Le Pen ».

MyJournal.fr

POURQUOI C’EST FAUX

Tous les voyants virent au rouge dès que l’on tente de retracer le parcours de cette « information ». D’abord, le prétendu « sondage » vient du site MySondage.fr. De prime abord, il s’agit d’une banale étude d’opinion. Mais il n’a en fait aucune considération méthodologique : loin d’être pensé pour tenter de refléter l’opinion de la population, le site se contente de poser des questions à qui voudra bien répondre en ligne, sans souci de représentativité. Ses résultats n’ont donc aucune valeur statistique.

En consultant la « liste des sondages » disponibles sur le site, on s’aperçoit d’ailleurs qu’il a une certaine propension à interroger les internautes sur les positions du Front national (FN) :

Tous ces faux sondages aboutissent inlassablement au même résultat : l’écrasante majorité des personnes qui se rendent sur le site MySondage.fr sont favorables à Marine Le Pen.

mysondage.fr

A première vue, le site MyJournal.fr semble être un média comme un autre, sans parti pris particulier. Un petit tour sur son onglet « politique » fait pourtant apparaître une ligne éditoriale beaucoup plus orientée. Le FN y est ainsi présenté comme le « seul parti politique n’aillant [sic] jamais été au pouvoir et qui se préoccupe vraiment du sort de la France et des Français ».

Un parti pris qui se décline à travers des titres d’articles comme « Immigration : Marine Le Pen pose les bonnes questions ! » ou « Les électeurs LR et PS vont se sentir con [sic] en regardant cette vidéo ! » Le site relaie par ailleurs de nombreuses fausses informations, comme lorsqu’il reprend au premier degré un canular du site belge NordPresse.com sur une femme admise « aux urgences après avoir pété dans son burkini »

Un réseau de sites sous le giron d’un sympathisant FN

Le site MyJournal.fr n’a ni formulaire de contact ni mentions légales. Il renvoie en revanche vers un autre, MyAnnuaire.com. On apprend dans les mentions légales de ce dernier que le réseau de sites a été créé par un certain Yann Gouriou. Malgré nos demandes de contact par les formulaires de ces sites, ou en appelant aux numéros de téléphone qu’ils mentionnent, nous n’avons pas reçu de réponse de l’intéressé.

Nous avons néanmoins pu joindre un de ses anciens collaborateurs, qui dit ne plus travailler pour MyAnnuaire.com depuis « environ quatre ans ». Ce dernier nous a affirmé avoir vécu « une mauvaise expérience » en découvrant qu’il travaillait en fait pour un militant du FN, dont les sites portent cet engagement.

Cette proximité entre Yann Gouriou et le FN apparaît de manière assez claire sur plusieurs plans. On trouve ainsi des selfies en compagnie de Marine Le Pen ou des appels à rejoindre la page officielle de l’eurodéputée sur Facebook. Le webmaster a également diffusé un bon de commande pour une affiche intitulée « Appliquer le coran nuit gravement à la santé mentale » au nom de MyAnnuaire.com.

Facebook / Yann Gouriou

Cet exemple montre comment un simple militant peut fabriquer, légitimer et propager de fausses informations. Le tout derrière des sites apparemment anodins pour qui tombe par hasard sur un de leurs articles.

Publicités